MĂ©diter

Au quotidien, se nourrir de la Parole de Dieu, se nourrir de la Parole méditée par les femmes et les hommes ancrés dans l’aventure humaine, aux prises aux questions de Dieu et des hommes. Chercher toujours, et encore, à découvrir la trace du Seigneur dans notre vie; s’arrêter un moment, court ou long et laisser descendre à l’intime de soi-même cette Parole qui est notre source vive.

« EN TOI EST LA SOURCE DE LA VIE » (Psaume 35, 10)

Alors que nous nous préparons à revivre le mystère pascal, ouvrons ce livre des Psaumes qui porte et rejoint les cris de joie et de peine des hommes de tous les temps, et écoutons ce cri de reconnaissance du psalmiste s’adressant à Dieu : « En toi est la source de la vie » ! (Ps 35, 10). Laissons descendre en nous cette exclamation. Pour la méditer. Pour la recevoir comme parole nourrissante pour notre aujourd’hui. Pour la faire nôtre. « En toi est la source de la vie ». Parole d’espérance.

Profession de foi car oui, le Seigneur est la source de la vie, de chacune de nos vies, non seulement parce qu’il est à l’origine de la création, mais aussi parce qu’il est celui dont les textes bibliques nous racontent les exploits salvifiques. C’est bien lui qui donne aux femmes stériles d’enfanter, qui fait « passer (…) des fleuves dans les eaux arides » (Isaïe 43, 19), qui sauve les Hébreux de l’esclavage, et qui permet à l’espoir de surgir dans les existences blessées. Les miracles et la résurrection de Jésus témoignent que notre Seigneur est résolument du côté de tout ce qui conduit à la vie. « Je suis la résurrection et la vie » (Jean 11, 25).

Mais comment recevoir cette magnifique parole au cœur de ce quotidien chahuté par la pandémie, où l’inquiétude pour nos proches peut côtoyer la peur du lendemain, où trop d’entre nous meurent, parfois dans la détresse et souvent dans la solitude ? Comment pouvons-nous la faire nôtre ? Où en est la promesse faite par Jésus lui-même : « Je suis venue pour que les hommes aient la vie, et qu’ils l’aient en abondance » (Jean 10, 10) ?

Cette parole du Seigneur, écoutons-la au plus profond de nous comme une promesse murmurée par notre Dieu aimant. Promesse déjà accomplie, et il s’agit alors de laisser la parole retentir dans notre histoire personnelle. Où sont les témoignages de cette vie promise ? Où et quand avons-nous pu reconnaître que grâce au Seigneur, telle personne avait pu se faire passeur de vie, rendant courage au désespéré, soutenant le vulnérable ? Le jour où mon voisin m’a appelé(e) pour me proposer ses services ? Où j’ai entendu les applaudissements nocturnes en faveur des soignants ? Où un passant a souri à un inconnu ? Grâce à qui avons-nous pu nous exclamer après Jacob : « En vérité le Seigneur est en ce lieu ! » (Genèse 28, 16) ? Faisons mémoire de ces instants bénis où la vie a jailli grâce à d’autres !

Et si nous aussi, nous tâchions de choisir ce qui conduit davantage à la vie, pour nous et pour le monde ? « Choisis donc la vie ! » lit-on dans le livre du Deutéronome (Dt 30, 19). Et si nous la choisissions dans les petits gestes quotidiens, sûrs que celui qui en est la source nous appelle à la propager et nous donne les moyens de le faire ?

[Sabine Protais, 2020]

Newsletter du Centre Ste-Ursule

Je souhaite m’inscrire à la lettre d’information du Centre Sainte-Ursule

Site réalisé par Unyque.ch