MĂ©diter

Au quotidien, se nourrir de la Parole de Dieu, se nourrir de la Parole méditée par les femmes et les hommes ancrés dans l’aventure humaine, aux prises aux questions de Dieu et des hommes. Chercher toujours, et encore, à découvrir la trace du Seigneur dans notre vie; s’arrêter un moment, court ou long et laisser descendre à l’intime de soi-même cette Parole qui est notre source vive.

« QUELLE EST NOTRE SOIF ? »

 

14 (…) celui qui boira de l’eau que moi je lui donnerai n’aura plus jamais soif ;
et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau jaillissant pour la vie éternelle. »

Seigneur, tu nous promets une eau étonnante, une eau qui apaise la soif une fois pour toutes, une eau qui devient une source jaillissante… Lorsque je m’arrête auprès de toi, au puits de la rencontre, je devine ta présence et je me réjouis de ta promesse.

Lorsque je me tiens près de la Samaritaine et que j’observe notre aujourd’hui, l’époque que nous traversons, le monde beau et bon, mais aussi exploité et cabossé, je voudrais tant que certaines soifs ne s’apaisent pas, mais qu’elles s’éveillent encore et encore ; qu’elles ne nous laissent pas tranquilles tant que nous n’aurons pas ouvert de multiples sentiers de solidarité et de vie.

Comme je voudrais que la soif de paix fasse surgir des hommes et de femmes qui tournent le dos à toute forme de violence et qui œuvrent avec ardeur pour la justice et la réconciliation.

Comme nous avons besoin d’avoir soif de la Sagesse afin de comprendre profondément ce qui se passe aujourd’hui, d’accueillir les nouveaux défis et de choisir le plus grand bien.

Comme il est urgent de prendre au sérieux l’appel de la création, de renoncer à l’exploiter, mais d’en prendre soin et de recevoir avec gratitude ce qu’elle nous donne pour vivre.

Combien faudrait-il que la soif de vérité n’ouvre pas la porte à l’intolérance, à l’idéologie ou sectarisme, mais provoque le dialogue, le respect et la fraternité.

Combien serait-il heureux que la soif de secourir et de servir le prochain honore la mémoire de Celui qui a lavé les pieds de ses amis.

Combien avons-nous besoin que la soif de réconciliation traverse nos relations et change nos comportements.

Comme il est urgent de laisser jaillir la soif de transcendance, la soif de connaître le Dieu Saint, le Dieu qui aime toute vie.

Laisser jaillir la soif en nous… qu’est-ce que je dirais de ma propre soif ?

Quelle est la soif qui est enfouie au fond de moi et dont je voudrais qu’elle ne s’éteigne pas, car elle me met en route, elle me fait grandir, elle me conduit vers la joie et vers une vie nouvelle.

 

Sr Marie-Brigitte Seeholzer

Newsletter du Centre Ste-Ursule

Je souhaite m’inscrire à la lettre d’information du Centre Sainte-Ursule

Site réalisé par Unyque.ch